Les utilisateurs de la trottinette électrique et autres engins légers sont-ils des paresseux ?

Très récemment la Grande-Bretagne a pris position contre l’utilisation des gyropodes sur les voies publiques. Cette prise de position est sûrement le fruit des idées reçues sur l’utilisation des engins comme la trottinetteelectrique 404, les gyropodes, les gyroroues, et autres engins électriques légers que l’on retrouve de plus en plus dans nos communautés. L’une des idées reçues à propos de ces engins est que ses utilisateurs sont des paresseux. Certains vont jusqu’à déclarer que les pieds sont faits pour marcher, alors pourquoi se servir de tels engins ? Il faut savoir que la plupart des personnes qui se servent des véhicules électriques unipersonnels les utilisent pour aller à leur travail. Une étude menée au sein d’un échantillon de 9000 salariés montre que 63% de ces personnes préfèrent utiliser leur voiture pour se rendre au travail, avec une durée moyenne de 26 minutes, 20% font appel aux transports en commun ou au covoiturage, pour une durée moyenne de 44 minutes.

Sur les participants à cette étude, 4% travaillent chez eux, 9% marchent environ 14 minutes pour se rendre au travail, et 4% utilisent leur vélo pendant environ 19 minutes. Selon une autre étude menée cette fois par l’INSEE en 2011, il faut en moyenne à un travailleur pour se rendre à son lieu de service en Île-de-France, pendant qu’en province ce temps est de 19 minutes. En roue électrique, il faut compter environ 10 km parcourus en 40 minutes. Il est vrai que l’utilisation de la trottinette électrique est une activité physique moins importante que la marche, le vélo ou la course à pied, mais marcher prendrait 2 heures, au lieu des 40 minutes annoncées avec une roue. Ce qui fait beaucoup et avec le vélo il peut être difficile de trouver une place de parking.

Certaines personnes ont des emplacements de vélo dans leurs entreprises, mais cela n’est pas le cas pour tout le monde. Très souvent les stationnements à vélo hasardeux aboutissent au vandalisme. Précisons qu’en France environ 500 000 vélos sont volés par an. En ce qui concerne les efforts physiques, les trottinettes électriques nécessitent un patinage au pied. Cet effort muscle les jambes et fait travailler le cœur, pendant que la roue électrique demande d’être concentrée à chaque instant. Il faut se servir de ses jambes pour rester en équilibre et stables. Autant d’efforts qui sont mis en œuvre, même s’ils ne sont pas perceptibles à l’œil, mais ils sont plus grands que les efforts fournis par les automobilistes ou les personnes qui prennent les transports en commun. Alors non, les utilisateurs d’engin électriques sont loin d’être paresseux.

Leave a Reply

*